Dédales(s) de --

Sortie le
04 Octobre 2017

66 minutes
avec : --
Tout public
Synopsis

"L'extase doit être oubliée" de Evangelia Kranioti
"Traum" de Smith
"Borges in Alhambra" de Sergio Vega

L’EXTASE DOIT ETRE OUBLIEE - Evangelia Kranioti – 32” - 2017
Courtesy : Galerie Sator
VO : brésil- ST : ANGLAIS
Documentaire-fiction en double écran sur les vertiges du genre et de la métamorphose, en même temps qu’hommage cinématographique à un territoire extrême, la ville de Rio de Janeiro.
En suivant Luana Muniz (1961-2017), figure emblématique du milieu transsexuel brésilien, le film explore différentes quêtes de soi, questionnant ainsi le désir de transformation du corps intime et du corps social, à travers le travestissement, le carnaval, et la lutte politique.

TRAUM – Smith – 22’’ - 2017
Courtesy : Galerie Les Filles du Calvaire
textes : Francais
Production: Spectre
Epoque et pays indéterminés. Yevgueni, à 21 ans, est un jeune technicien-astronaute. S’il rêve de voyager dans l’espace, son emploi consiste à travailler au sein d’une base de lancement d’un centre spatial en tant qu’opérateur de lancement d’astronefs. Lors du lancement particulièrement critique d’une navette Soyouz habitée, Yevgueni perd brutalement connaissance, causant la perte de contact avec l’équipage en orbite, et l‘explosion de l’astronef dans l’espace. Hanté par cette catastrophe, Y perd progressivement pied avec le réel et se laisse contaminer par ce trauma qui le hante.

BORGES IN ALHAMBRA (a hypothesis of blindness) - Sergio Vega - 11"46 – 2013-169
Courtesy : Karsten Greve/Sergio Vega
VO : esp - ST : ANGLAIS
Dans une interview radio diffusée dans les années 80 à Buenos Aires, Jorge Luis Borges s’est déclaré heureux d’avoir eu la chance de voir l’Alhambra avant de devenir aveugle. L’écrivain l’avait visité pour la première fois en 1918, alors qu’il avait 19 ans. Depuis, il n’a cessé de se rappeler de cet évènement comme une expérience extraordinaire ayant marqué sa sensibilité esthétique. Près de 60 ans plus tard, malvoyant d’un œil et aveugle de l’autre, Borges est retourné à Grenade avec sa compagne Maria Kodama. Basé sur une description détaillée de sa cécité, ce travail hypothétique tente d’interpréter les différentes façons dont l’écrivain a pu expérimenter, par cet après-midi du printemps 1976, sa déambulation au milieu des palais et des jardins de l’Alhambra.